mardi, mars 06, 2007

Alors que je m'étendais sur la plaine déserte de mes regrets, j'ai senti les mains chaudes de la Solitude passer sur les miennes. Irradiant mon épiderme, elles remontaient doucement jusqu'à enserrer mes épaules alors que j'ouvrais les yeux pour contempler l'embrasement de son visage émacié. Les mains allaient maintenant plonger dans mes cheveux épars qui caressaient par endroit ces bras dont les muscles durs se mouvaient sous la peau rigide.

Prisonnière de cette étreinte, j'ai alors senti se pencher sur moi le Silence, dont le souffle brûlait mon front. Et dans cette improbable union je l'ai laissé m'embrasser, sa langue irritant mon palais, pénétrant ma trachée, m'étouffant d'une tendresse avide.

Je ne me suis pas défendue, je leur ai rendu leur affection, les ai enserrés de mes jambes et encore le monstre de nos trois corps essaie de se relever sans succès...

Humeur : Manque
Bande son : Bela Bartok

4 commentaires:

Autruche tout court a dit…

Super texte !

Aller ! un p'tit Do dana tod qui remonte le moral

Doooooooo dana toooooood (mouvement de tête)

Et pour être pertinent sinon, voici une petite citaion de François Chalais :

"La solitude est un arbre sans fruits"

DAD a dit…

Très impudique,comme dirait l'autruche, et très beau.

ce con de butch cassidy a dit…

Y'a un truc quand même...J'suis scié... Bartok.... P..ain! Faut se l'infuser ça! Comment tu fais? 2 le matin, 2 le soir? En 0,05 mgr bien entendu...

Anthä a dit…

J'ai juste eu le "malheur" de voir Shining un jour. Je ne m'en suis jamais vraiment remise.